Avons-nous le droit d’échouer pour les législatives?

AVONS-NOUS LE DROIT D’ÉCHOUER POUR LES LÉGISLATIVES ?


« Les discussions sur les législatives avancent lentement » aurait regretté Pierre Laurent ce mercredi 25 mai en souhaitant que les négociations « aboutissent avant » la conférence nationale du PCF (3-5 juin) relate l’AFP. Rédigée à l’issue d’un déjeuner presse organisée par le N°1 du PCF, la dépêche prête ces autres propos à Pierre Laurent : « Sinon, il n’y aura pas de vote positif sur sa candidature (celle de Jean-Luc Mélenchon)  » des militants PCF, a-t-il dit, estimant que le Parti de gauche devait revoir à la baisse ses prétentions pour les législatives. »

Voilà en résumé le message qu’a voulu passer le secrétaire national du PCF la veille de la 4ème rencontre entre les négociateurs du PCF du PG et de Gauche Unitaire. Ce n’est pas la première fois que Pierre invite ainsi la presse à relayer son sentiment sur les négociations en cours. A l’orée de ces discussions, il avait déjà ainsi réservé aux médias la primeur à propos des bases sur lesquelles le PCF abordait les discussions : 80 % de circonscriptions pour le PCF et 20 % pour toutes les autres forces actuelles et à venir du Front de Gauche. A l’époque, cela m’avait du coup obligé à engager ce dialogue par média interposé en annonçant pareillement les nôtres (50 % pour le PCF, 30 % pour le PG, 20 % pour les autres sensibilités soit la base de négociation des Régionales). A chacun ses méthodes de discussion même si je doute de l’efficacité de ce type de pression publique qui ne peut que renforcer les blocages dans nos fédérations respectives… Je suis donc arrivé ce jeudi matin Place du colonel Fabien avec notre co-présidente Martine Billard et Souleymane Ba, avec cette déclaration en tête. Certain qu’elle annonçait des discussions serrées. Je n’ai pas été déçu. Ce soir je suis navré au point de ne pas comprendre où veulent en arriver nos camarades qui dirigent le PCF. Car bien sûr, comme tous les responsables et militants du PG, je souhaite aboutir avant la conférence nationale du PCF. Tout indique en effet que le Front de Gauche a besoin de lancer sa campagne. La situation politique et sociale le réclame plus que jamais. Nous avons l’impérieuse nécessité de prendre enfin le large pour être à la hauteur des enjeux, nous retrouver coude à coude, camarades du PCF, du PG, de GU et de toutes celles et tous ceux qui sont prêts à  engager le combat avec nous. Je pense à la FASE et à Convergence & Alternative que nous venons de rencontrer, mais surtout à ces dizaines de milliers de militants sans cartes qui n’ont pas baissé la garde. D’ailleurs pourquoi échouerions-nous ? Le principal est acquis : notre texte stratégique est publique et ce même jeudi nous avons, dans une réunion parallèle à celles des négociations sur les législatives, si bien déblayé les questions programmatiques qu’il ne reste plus que quelques tournures littéraires à régler.

Le seul risque d’échec résiderait-il, pour reprendre les propos de mon camarade Pierre Laurent, dans les prétentions du Parti de Gauche pour les législatives ?  Après la rencontre de ce jour, je sens comme un paradoxe qui finit par m’inquiéter. Jusqu’à quel stade le Parti de Gauche, mais aussi Gauche Unitaire, doivent-il aller pour que l’accord se fasse sur les législatives ? Quel est le plancher admissible pour contenter notre principal partenaire ? Un rapport 80/20 que nous trouvons déjà disproportionné ? Mais à l’issue de la rencontre de ce jeudi on en est loin puisque l’ensemble des circonscriptions proposées par le PG et validées par le PCF représentent 10,4 % des circonscriptions métropolitaines (sur 82% d’entre elles le PCF avait fait moins de 5% en 2007). En ajoutant celles de GU on atteint 13 % ! On voit qu’il y a de la marge. On a même régressé par rapport à notre dernière rencontre lundi. Pardon de rentrer dans les détails mais en trois jours ce sont ainsi plus de 12 circonscriptions acceptées par le PCF qui ont été retirées aujourd’hui… Cela ne s’appelle même plus « avancer lentement » mais reculer et on voit que ce « détricotage » n’est pas de notre fait. Or le mythe de Pénélope n’a jamais eu pour fonction d’accélérer le calendrier… J’aimerais en sourire mais il s’agit là d’un mauvais indice puisqu’il signifie qu’une circonscription validée nationalement par le PCF peut être reniée le lendemain par ses fédérations. Comment dès lors signer puis faire respecter un accord national ? J’espère de tout cœur que l’avenir me détrompera mais on comprendra mon inquiétude sur le germe de division que ce dysfonctionnement chaotique recèle : les militants du PG sont de bonnes composition mais on imagine sans mal leur réaction quand on doit leur annoncer que l’accord d’un jour a la valeur d’une chimère.

Parce que la stratégie du Front de Gauche est à la base même de la création de leur parti, les militants du Parti de Gauche sont prêts à beaucoup de concessions. Nous avons déjà renoncé à maintes circonscriptions que nous demandions au départ. Nous avons accepté de réserver au PCF 35 des  36 circonscriptions qu’il nous demandait de « geler » (soit toutes les circonscriptions où ses candidats avaient dépassé 15% en 2007 dont ses sortants) quand à l’inverse aucune des 18 circonscriptions où nous jugeons aujourd’hui des candidat-e-s PG incontournables ne sont pour le moment actées par le PCF.

Nous allons continuer évidemment à négocier. Mais nos camarades communistes ne peuvent nous amener à accepter l’impossible. Car notre fibre unitaire a malgré tout une limite : sous peine d’échec collectif, nous avons la conviction que le Front de Gauche doit être le cadre du rassemblement de la gauche réelle et non le paravent unitaire d’un seul parti même s’il est le plus important de notre coalition. Aujourd’hui, si nous acceptions les propositions du PCF voilà la situation à laquelle nous arriverions et nul ne serait dupe. Dès mardi prochain, nous aurons le plaisir de nous retrouver avec Marie-Georges Buffet qui conduit la délégation du PCF. Je garde confiance car comme nous je sais que Marie-Georges souhaite profondément que nous débouchions à un accord sur les législatives avant la conférence nationale du PCF. Elle, comme la grande majorité des communistes mesurent le chemin parcouru ensemble et l’espoir que nous suscitons. Je garde confiance en notre intelligence collective mais cela implique maintenant repartir dans les départements avec la ferme volonté de convaincre nos camarades que l’unité passe par de vraies concessions et que ce n’est pas là une règle seulement valable pour le PG ou GU. Aucun d’entre nous n’a d’autres choix que de réussir.

Publicités
Cet article, publié dans Front de Gauche, Législatives, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour Avons-nous le droit d’échouer pour les législatives?

  1. ludovic dit :

    Sauf que les négociations vont dans les deux sens. La montée du fdg ne peut pas se faire au profit de la baisse du pcf. Pour négocier, il faut des propositions des 2 cotes, que propose comme place réiligible le pg ?

  2. ludovic dit :

    Sauf que les négociations vont dans les deux sens. La montée du fdg ne peut pas se faire au profit de la baisse du pcf. Pour négocier, il faut des propositions des 2 cotes, que propose comme place réiligible le pg ?

  3. Pierre dit :

    Il ne s’agit pas d’un durcissement du PCF mais vous êtes beaucoup trop gourmant. A force de jouer la presse vous faites du tord a l’alliance Front de gauche.
    Vous haussez le ton, la veille de la conférence nationale du PCF, c’est une volonté d’influer sur le PCF. Un parti comme le PCF, avec son fonctionnement démocratique ne peut accepter cette immixtions dans ces affaires.
    En fait vous jouez l’éclatement du Front de gauche pour faire un coup politique. L’intérrêt de notre peuple est l »unité de la gauche.
    Attention, ne faites pas comme le NPA qui n’en a que pour son nombril.
    L’unité de toute la gauche, ce n’est pas seulement le Front de gauche, c’est au delà. La dynamique Front de gauche est un moyen. Le Front de gauche à lui seule ne battrat pas la droite et ne suffira pas à créer une dynamique populaire.

  4. Lucas dit :

    Le PG n’ a pas choisi de convier la presse à un déjeuner pour décrire les négociations et expliquer que nous étions trop grourmand. A vrai dire depuis le début nous n’avons pas pour volonté de « médiatiser » ces négociations. Maintenant doit-on accepter de ne laisser qu’une seule voix, celle du PCF, commenter ces négociations ? Que nos camarades communistes imaginent l’inverse…
    Tout cela n’a pas pour but de bloquer les négociations (à ce stade, comme le montre l’article, elles reculent et pas du fait du PG) mais au contraire de les remettre sur la bonne route. Car évidemment laisser supposer que le PG est rigide est trop gourmand a des implications dans l’issue des négociations. Comme l’article d’Eric Coquerel le montre pour le moment, le PG n’a même pas 11% de ses propositions acceptées ! Tout en acceptant de laisser 35 des 36 meilleures circonscriptions (donc éligibles) au PCF. Chacun comprendra que l’accord ne sera pas possible sur de telles bases qui évidemment ne reflètent pas la réalité politique du FDG. Mais si les militants communistes entendent que nous ne bougeons pas, que nous demandons trop, etc…
    Il est évident que dans chaque département ils auront tendance à refuser toute avancée. Or il va en falloir. Il était donc utile de faire savoir à tous où ces négociations en étaient dans l’espoir justement de repartir sur de meilleures bases qui assurent une solide prédominance des candidats communistes (le résultat des cantonales a d’ailleurs montré que le Front de Gauche est loin de se développer au détriment du PCF et c’est une bonne chose) mais sans écraser tous ceux du PG, de GU et d’autres forces qui pourraient nous rejoindre. C’est tout l’inverse de jouer l’éclatement du Front de Gauche qui est la base même de la stratégie du PG et donc de sa création.

  5. Domul dit :

    Le Front de gauche est une force neuve en construction.
    Les camarades communistes y ont toute leur place, mais ils n’en sont pas la force dirigeante.
    Si nous réussissons à faire du FG un grand mouvement de masse, ils seront probablement minoritaires tout comme ceux du PG. Il faut le comprendre et l’accepter.
    Il faut même intégrer le fait qu’il n’y aura plus de grand parti dirigeant de la classe.
    Une petite révolution dans les têtes, camarades !

  6. Domul dit :

    Le Front de gauche est une force neuve en construction.
    Les camarades communistes y ont toute leur place, mais ils n’en sont pas la force dirigeante.
    Si nous réussissons à faire du FG un grand mouvement de masse, ils seront probablement minoritaires tout comme ceux du PG. Il faut le comprendre et l’accepter.
    Il faut même intégrer le fait qu’il n’y aura plus de grand parti dirigeant de la classe.
    Une petite révolution dans les têtes, camarades !

  7. Pierre dit :

    A Domul,

    Vous vous faites des illusions camarades, il ne suffit pas qu’il y ai un mouvement de masse, il faut un parti avec une histoire et des militants d’expérience capable d’élaborer un programme Qui permette de capitaliser le mouvement.
    En 1968, il y avait le mouvement de masse, mais pas le parti capable de faire basculer le mouvement, résultat les citoyens ont voté à droite par peur du vide.
    S’associer, se regrouper, c’est pour être plus crédible et démontrer qu’une autre politique à gauche est crédible et possible. Ce regroupement le Front de Gauche correspond à la situation politique du moment ou les citoyens ne font plus confiance en la gauche. A chaque période sa tache.
    Le PG a eu le courage de sortir du PS pour faire autre chose, mais il reste un petit groupe sans histoire, avec des dirigeants qui ont des ambitions et une volonté politique de faire autre chose que le PS. L’unité attendu par nos concitoyens est plus importante, c’est pour cela qu’il faut travailler à cette unité. Dans l’unité l’histoire avancera.
    Cordialement

  8. Pierre dit :

    A Domul,

    Vous vous faites des illusions camarades, il ne suffit pas qu’il y ai un mouvement de masse, il faut un parti avec une histoire et des militants d’expérience capable d’élaborer un programme Qui permette de capitaliser le mouvement.
    En 1968, il y avait le mouvement de masse, mais pas le parti capable de faire basculer le mouvement, résultat les citoyens ont voté à droite par peur du vide.
    S’associer, se regrouper, c’est pour être plus crédible et démontrer qu’une autre politique à gauche est crédible et possible. Ce regroupement le Front de Gauche correspond à la situation politique du moment ou les citoyens ne font plus confiance en la gauche. A chaque période sa tache.
    Le PG a eu le courage de sortir du PS pour faire autre chose, mais il reste un petit groupe sans histoire, avec des dirigeants qui ont des ambitions et une volonté politique de faire autre chose que le PS. L’unité attendu par nos concitoyens est plus importante, c’est pour cela qu’il faut travailler à cette unité. Dans l’unité l’histoire avancera.
    Cordialement

  9. Vincent Christophe LE ROUX - PG 06 Nice dit :

    Je suis triste de voir que les tensions ne sont pas un mythe mais la cruelle réalité. Je commence aussi à m’exaspérer de voir Pierre LAURENT souffler le chaud un jour, le froid le lendemain et de jouer pour le moins un double jeu. Lorsqu’on se rassemble, chacun doit faire des concessions mais que peut-on concéder lorsqu’on nous réserve à peine plus de 10% des circonscriptions? Déjà le ratio 80-20 était en soi inacceptable… Sous prétexte que nous avons le candidat pour la présidentielle, le PCF ne peut avoir la prétention de rafler la quasi totalité des circonscriptions. Elles doivent se partager. Je ne serais pas hostile à ce que le PCF ait un peu plus que 50% du total des circonscriptions, 60% par exemple me paraîtrait un chiffre acceptable mais on ne saurait plier davnt leurs exigences…d’autant que ce serait plus qu’opportun de réserver quelques circonsciptions gagnables à ceux qu’on veut voir nous rejoindre, Alternatifs, FASE, représentants divers. Et lire que le PCF nous reproche à nous d’avoir des prétentions excessives, c’est vraiment se foutre du monde. Comme tu le dis cher Éric, on ne peut accepter l’impossible. Et comme Jean-Luc l’a relevé chez Ruth ELKRIEF ce soir sur BFM TV, lui a le cuir solide mais ce n’est pas forcément le cas de tous les militants. Ici à Nice, on a de très bons rapports avec une partie du PCF, la section de Nice Libération qui partage notre combat et pour certains l’envie de voir Jean-Luc porter nos couleurs communes. Disons que cette section n’est pas tout à fait à l’image du parti communiste local…

  10. Vincent Christophe LE ROUX - PG 06 Nice dit :

    Je suis triste de voir que les tensions ne sont pas un mythe mais la cruelle réalité. Je commence aussi à m’exaspérer de voir Pierre LAURENT souffler le chaud un jour, le froid le lendemain et de jouer pour le moins un double jeu. Lorsqu’on se rassemble, chacun doit faire des concessions mais que peut-on concéder lorsqu’on nous réserve à peine plus de 10% des circonscriptions? Déjà le ratio 80-20 était en soi inacceptable… Sous prétexte que nous avons le candidat pour la présidentielle, le PCF ne peut avoir la prétention de rafler la quasi totalité des circonscriptions. Elles doivent se partager. Je ne serais pas hostile à ce que le PCF ait un peu plus que 50% du total des circonscriptions, 60% par exemple me paraîtrait un chiffre acceptable mais on ne saurait plier davnt leurs exigences…d’autant que ce serait plus qu’opportun de réserver quelques circonsciptions gagnables à ceux qu’on veut voir nous rejoindre, Alternatifs, FASE, représentants divers. Et lire que le PCF nous reproche à nous d’avoir des prétentions excessives, c’est vraiment se foutre du monde. Comme tu le dis cher Éric, on ne peut accepter l’impossible. Et comme Jean-Luc l’a relevé chez Ruth ELKRIEF ce soir sur BFM TV, lui a le cuir solide mais ce n’est pas forcément le cas de tous les militants. Ici à Nice, on a de très bons rapports avec une partie du PCF, la section de Nice Libération qui partage notre combat et pour certains l’envie de voir Jean-Luc porter nos couleurs communes. Disons que cette section n’est pas tout à fait à l’image du parti communiste local…

  11. Mélanie dit :

    Nous aurions dû et et peut-être pourrions nous encore ? choisir une autre démarche, à savoir donner aux comités départementaux du front de gauche, la responsabilité de choisir les meilleurs candidats pour les circonscriptions qui les concernent avec obligation d’afficher la diversité qui compose ces comités Front de Gauche. La démarche uniquement comptable et nationale qui a été choisie ne pouvait que mener à cette impasse, et ressemble bien tristement aux anciennes négociations PC-PS qui elles, ne s’inscrivaient pas dans une démarche de « Front Commun »

    Je sais bien que le parti auquel j’appartiens (le PCF) est le premier responsable, de cette démarche surannée, et qui dégoute nombre d’électeurs. Elle ne fait que démontrer notre immaturité politique, et j’en suis profondément désolée.

    je te souhaite Eric, encore beaucoup de courage pour aborder la semaine qui s’annonce.

  12. Mélanie dit :

    Nous aurions dû et et peut-être pourrions nous encore ? choisir une autre démarche, à savoir donner aux comités départementaux du front de gauche, la responsabilité de choisir les meilleurs candidats pour les circonscriptions qui les concernent avec obligation d’afficher la diversité qui compose ces comités Front de Gauche. La démarche uniquement comptable et nationale qui a été choisie ne pouvait que mener à cette impasse, et ressemble bien tristement aux anciennes négociations PC-PS qui elles, ne s’inscrivaient pas dans une démarche de « Front Commun »

    Je sais bien que le parti auquel j’appartiens (le PCF) est le premier responsable, de cette démarche surannée, et qui dégoute nombre d’électeurs. Elle ne fait que démontrer notre immaturité politique, et j’en suis profondément désolée.

    je te souhaite Eric, encore beaucoup de courage pour aborder la semaine qui s’annonce.

  13. Pablito PG 31 dit :

    Salutations Eric

    Que dire à part que cela désole les militants du PG de voir un tel blocage apparaitre à la veille de la conférence nationale. On sent la volonté de passer en force de la part du PCF, en faisant un chantage à la candidature…

    Par chez nous en Haute Garonne, la direction locale du PCF a pris la tête de la coalition anti-mélenchon, et son secrétaire fédéral a meme prévenu qu’il engagerait sa fédération seule si l’accord n’était pas d’au moins 80/20…
    La fête de l’huma locale n’avait ni logo front de gauche, ni stand PG ou GU… et ni le PG ni la GU n’étaient invités pour les débats de programme ou de perspectives à gauche.

    Il nous faut un accord qui préserve la dignité des camarades du PG et de la GU. C’est épuisant d’être unitaires pour 12, de subir la méfiance et parfois même plus de la part de ceux qui sont nos partenaires. Et nous ne sommes pas ceux qui ont le plus à perdre si un accord n’est pas trouvé. Personne n’en voudrait à nos négociateurs d’avoir refusé un accord humiliant.

  14. Lucas dit :

    Le PG n’ a pas choisi de convier la presse à un déjeuner pour décrire les négociations et expliquer que nous étions trop gourmands. A vrai dire depuis le début nous n’avons pas pour volonté de « médiatiser » ces négociations. Maintenant doit-on accepter de ne laisser qu’une seule voix, celle du PCF, commenter ces négociations ? Que nos camarades communistes imaginent l’inverse… Tout cela n’a pas pour but de bloquer les négociations (à ce stade, comme le montre l’article, elles reculent et pas du fait du PG) mais au contraire de les remettre sur la bonne route. Car évidemment laisser supposer que le PG est rigide est trop gourmand a des implications dans l’issue des négociations. Comme l’article d’Éric Coquerel le montre pour le moment, le PG n’a même pas 11% de ses propositions acceptées ! Tout en acceptant de laisser 35 des 36 meilleures circonscriptions (donc éligibles) au PCF. Chacun comprendra que l’accord ne sera pas possible sur de telles bases qui évidemment ne reflètent pas la réalité politique du FDG. Mais si les militants communistes entendent que nous ne bougeons pas, que nous demandons trop, etc… Il est évident que dans chaque département ils auront tendance à refuser toute avancée. Or il va en falloir. Il était donc utile de faire savoir à tous où ces négociations en étaient dans l’espoir justement de repartir sur de meilleures bases qui assurent une solide prédominance des candidats communistes (le résultat des cantonales a d’ailleurs montré que le Front de Gauche est loin de se développer au détriment du PCF et c’est une bonne chose) mais sans écraser tous ceux du PG, de GU et d’autres forces qui pourraient nous rejoindre. C’est tout l’inverse de jouer l’éclatement du Front de Gauche qui est la base même de la stratégie du PG et donc de sa création.

  15. Lucas dit :

    Le PG n’ a pas choisi de convier la presse à un déjeuner pour décrire les négociations et expliquer que nous étions trop gourmands. A vrai dire depuis le début nous n’avons pas pour volonté de « médiatiser » ces négociations. Maintenant doit-on accepter de ne laisser qu’une seule voix, celle du PCF, commenter ces négociations ? Que nos camarades communistes imaginent l’inverse… Tout cela n’a pas pour but de bloquer les négociations (à ce stade, comme le montre l’article, elles reculent et pas du fait du PG) mais au contraire de les remettre sur la bonne route. Car évidemment laisser supposer que le PG est rigide est trop gourmand a des implications dans l’issue des négociations. Comme l’article d’Éric Coquerel le montre pour le moment, le PG n’a même pas 11% de ses propositions acceptées ! Tout en acceptant de laisser 35 des 36 meilleures circonscriptions (donc éligibles) au PCF. Chacun comprendra que l’accord ne sera pas possible sur de telles bases qui évidemment ne reflètent pas la réalité politique du FDG. Mais si les militants communistes entendent que nous ne bougeons pas, que nous demandons trop, etc… Il est évident que dans chaque département ils auront tendance à refuser toute avancée. Or il va en falloir. Il était donc utile de faire savoir à tous où ces négociations en étaient dans l’espoir justement de repartir sur de meilleures bases qui assurent une solide prédominance des candidats communistes (le résultat des cantonales a d’ailleurs montré que le Front de Gauche est loin de se développer au détriment du PCF et c’est une bonne chose) mais sans écraser tous ceux du PG, de GU et d’autres forces qui pourraient nous rejoindre. C’est tout l’inverse de jouer l’éclatement du Front de Gauche qui est la base même de la stratégie du PG et donc de sa création.

  16. J’espère me tromper mais tout cela ressemble à ce qui nous est arrivé à Saint-Ouen en 2006… Une nouvelle fois le PCF réitère les élections à supplétifs non-PCF pour faire unitaire… Je suis triste de constater en ce moment que rien n’a changé au sein du PCF depuis que je l’ai quitté, que le piège de l’élection de 2007 n’a pas été analysé, que celui de 2012 va bientôt se refermer sur eux… Je crains que les militants des autres formations qui constituent le Front de Gauche ou qui souhaiteraient en faire parti ne soient amener si l’on ne se sort pas par le haut de cette situation, à tourner le dos au PCF… Ce serait une grande perte mais peut-on continuer à construire un mouvement sur le long terme avec un PCF qui nous balade d’élection en élection en changeant les règles selon son bon vouloir… Je crains que comme en 2007 l’unité soit sacrifié sur l’autel du maintient de la cohésion interne de plusieurs forces antagonistes au sein du PCF. En 2007 Marie-Georges avait fait le choix de satisfaire les orthodoxes et ceux qui voulaient continuer sur la lancé de la gauche plurielle contre les unitaires… On a vu le résultat… Aujourd’hui la plus part des unitaires ont quitter le PCF… Et ils recommencent le même jeu de dupe…

  17. J’espère me tromper mais tout cela ressemble à ce qui nous est arrivé à Saint-Ouen en 2006… Une nouvelle fois le PCF réitère les élections à supplétifs non-PCF pour faire unitaire… Je suis triste de constater en ce moment que rien n’a changé au sein du PCF depuis que je l’ai quitté, que le piège de l’élection de 2007 n’a pas été analysé, que celui de 2012 va bientôt se refermer sur eux… Je crains que les militants des autres formations qui constituent le Front de Gauche ou qui souhaiteraient en faire parti ne soient amener si l’on ne se sort pas par le haut de cette situation, à tourner le dos au PCF… Ce serait une grande perte mais peut-on continuer à construire un mouvement sur le long terme avec un PCF qui nous balade d’élection en élection en changeant les règles selon son bon vouloir… Je crains que comme en 2007 l’unité soit sacrifié sur l’autel du maintient de la cohésion interne de plusieurs forces antagonistes au sein du PCF. En 2007 Marie-Georges avait fait le choix de satisfaire les orthodoxes et ceux qui voulaient continuer sur la lancé de la gauche plurielle contre les unitaires… On a vu le résultat… Aujourd’hui la plus part des unitaires ont quitter le PCF… Et ils recommencent le même jeu de dupe…

  18. Pierre dit :

    J’ai dit ce que je ressentait à la lecture de ce billet de M. Coquerel.
    Puis je me suis dit vas voir sur le blog de Méluch.
    Et voici ce que j’y lis:
    « Au Parti de Gauche, nous nous lassons de lire, ici et là, des commentaires et des réactions à propos de la négociation dans le Front de gauche sur les élections législatives. Ces échos, très éloignés de la situation véritable, créent une mauvaise ambiance, sans raison, parmi les équipes départementales des trois partis. Ils ralentissent l’intégration des nouveaux arrivants dans notre Front. Ils donnent surtout une très mauvaise image, très politicienne de nos échanges. Pour essayer d’éclaircir l’atmosphère et faire connaitre la réalité telle quelle est, je publie de façon exceptionnelle un document adopté par la réunion de notre bureau national ce weekend. Mon intention est de prouver qu’on peut et veut avancer aussi vite que possible pour mettre en ordre notre dispositif commun. Ce texte présente les dix propositions du Parti de Gauche pour finaliser la négociation du Front de Gauche sur les élections législatives. Elles montrent, contrairement aux rumeurs de « gourmandise » de notre parti, une clef de répartition des candidatures qui témoigne de notre raison. Elle est de surcroit extrêmement proche de la première proportion présentée par Pierre Laurent lui-même. En atteste la dépêche AFP du jour où nous avons, lui et moi, tenus une réunion publique à Limoges, à l’invitation de « Limousin terre de gauche ». Je résume en trois chiffres cette proportion : 70 % pour le PCF, 20 % pour le PG, 10 % pour GU et les nouveaux alliés. De plus notre parti est prêt cette fois-ci encore à se porter en avant pour régler les problèmes qui pourraient surgir avec nos alliés. Si je publie ce texte et si je me porte en ligne, c’est que je veux contribuer, de toutes les façons possibles, au succès de cette dernière discussion. Je souhaite que tout soit en ordre dès la fin du processus de vote interne des communistes, de la Fase et de Convergences et Alternatives qui vont tous trois délibérer d’ici au 18 juin. Je crois utile de faire connaitre ce texte pour aider à faire baisser les inutiles tensions que j’ai vues se créer ces jours derniers en permettant à chacun d’apprécier la réalité tout a fait surmontable de nos difficultés. A deux doigts du but de rassemblement de l’autre gauche, je crois que la cause mérite un effort de compromis général. » http://www.jean-luc-melenchon.fr/2011/05/31/meme-pas-peur/
    Alors moi qui tient au Front de Gauche je vous dit attention aux surenchères et ne tombons pas dans le panneau Mélenchon le dit très bien.
    Lisez aussi tous l’article sur les 10 positions du PG .
    Pour ma part je retire ce que j’ai dit sur  » la gourmandise » du PG . Mais de grace, débarrasser vous de vos préjugé sur le PCF. La conclusion: attention aux effets médiatique.
    Vous savez parfaitement que les média nous minorise, ne nous donne pas notre place, alors face à cela il faut serrer les rangs.
    Chers camarades nous aurons du pain sur la planche bientôt sur le terrain.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s